Thème du Concours National Résistance Déportation 2018 :

S'engager pour libérer la France

 

 

 

 

 

 

 

 

Les exemples ne manquent pas dans notre département pour illustrer ce thème de l’engagement et des enjeux de la restauration des institutions républicaines.

 

Il est possible d’étudier les Opens internal link in current windowmotivations d’un engagement à partir de la Opens internal link in current windowbiographie d’un/d’une résistant(e).

Elles  sont plurielles : certes le patriotisme et l’antisfascisme sont les motivations les plus citées toutefois il ne faut pas négliger le rôle, surtout dans les campagnes, des résistants pionniers qualifiés de sédentaires. Grâce à leur ancrage local et leur notoriété, les sédentaires (résistants qui continuent d’avoir une activité légale) ont permis à certains de s’engager dans la Résistance.

 

 

Si la majorité des résistants (es) de l’Yonne ont fait partie des organisations de la Résistance intérieure (mouvements et réseaux), certains (es) ont tenté de rejoindre la France Libre du Général de Gaulle. Ainsi dans l’Yonne, plusieurs filières d’évasion ont permis de rejoindre Londres comme par exemple le réseau animé par des résistants sénonais, le docteur Ragot et Cécile Lobry.

 

Sans la puissance militaire des Alliés, la France n’aurait pas été libérée (dans l’Yonne, la libération est effective fin août 1944), toutefois le rôle des résistants intérieurs a été important aussi bien par les actions non militaires (le renseignement) que la réception de parachutages, les sabotages et la guérilla menée par les maquis (nombreux dans l’Yonne) au cours de l’été 44. Cette période est d’ailleurs la plus meurtrière dans les rangs de la Résistance. Elle rappelle que les résistants s’exposaient à la répression de l’occupant  de plus en plus radicale comme l’atteste le massacre des maquis de Saint Mards en Othe. Opens internal link in current window(En savoir plus...)

Villeneuve-sur-Yonne le 23 août 1944

 

 

La libération de l’Yonne est effective fin août 1944. Opens internal link in current window(En savoir plus...)

l'Yonne Républicaine, élections cantonales de 1945

Le Gouvernement Provisoire de la République Française s’attache rapidement à rétablir les institutions démocratiques. Pour cela, des commissaires de la République sont désignés dans les départements. Ces commissaires  nomme ensuite des préfets. Dans l’Yonne, Jean Bouhey est désigné comme commissaire de la République et Paul Gibaud est le nouveau préfet à la Libération. Parallèlement, les  organisations résistantes dont les responsables ont dirigé les Comités Départementaux, Cantonaux et  Locaux de Libération, entendent également jouer un rôle important dans cette reconstruction qui  passe par les urnes. Les premières élections auxquelles participent les femmes, sont les Municipales d’avril-mai 1945 puis les Cantonales de septembre 1945 et enfin les Législatives  d’octobre 1945. En France, ces élections marquent un renouvellement des forces politiques avec l’émergence d’une formation issue de la Résistance (le MRP) et la consécration de la gauche résistante (le Parti Communiste en particulier). Toutefois, dans l’Yonne, le renouvellement politique est plus nuancé…

 

Ressources :

·      L'engagement dans la Résistance par Jean Rolley, ARORY, 1999. A partir de témoignages de résistants de l’Yonne, une cinquantaine, l’auteur dresse une typologie des motivations et des formes de l’engagement dans la Résistance.

·      Un département dans la guerre par Claude Delasselle, Joël Drogland, Frédéric Gand, Jean Rolley et Thierry Roblin, Ed Tiresias, 2007. A consulter plus précisément le chapitre 5 évoquant  les pionniers de la Résistance, puis les chapitres 8 et 9 présentant la diversité des  organisations. Les chapitres 11, 12 et 14 étudient la naissance puis l’essor des maquis alors que chapitre 14 présente les enjeux stratégiques de la Libération. Enfin le chapitre 15 étudie  le rétablissement des institutions  républicaines.

·      A télécharger gratuitement sur le site arory.com, les exemplaires du bulletin Yonne-Mémoire en particulier le n°22 sur les évadés de l’Yonne, le n° 33 sur la Libération et le n°34 sur le retour à l’ordre républicain.

·      Communisme rural et Résistance dans l’Yonne, les Cahiers d’Adiamos n°13, mai 2015, en particulier l’article de F. Gand sur les résistants pionniers

·      Le Cédérom, La Résistance dans l’Yonne par l’ARORY, Ed. AERI, 2004,  riche en documentations iconographiques.

·      Les Actes du Colloque de l’ARORY du 13 décembre 2008, La Résistance icaunaise en perspective, AORY, 2009.


Pour toute information complémentaire envoyez un courriel à : arory.doc@wanadoo.fr

© Arory  •  Site réalisé par Thierry Roussel - Creacteurs Studio